Actualité juridique

30 septembre 2022

Procès Eddy de Pretto : six personnes jugées du 3 au 7 octobre 2022 pour harcèlement homophobe

Communiqué de presse – Paris, 30 septembre 2022

Suite à un concert à l’Eglise Saint-Eustache à Paris en 2021, Eddy de Pretto avait été victime d’un déferlement de haine homophobe sur les réseaux sociaux. Six personnes comparaitront les 3, 4, 6 et 7 octobre 2022 à 14h devant la 10e chambre du Tribunal judiciaire de Paris pour harcèlement homophobe.

Concert d’Eddy de Pretto à Saint-Eustache

Le 17 juin 2021, Eddy de Pretto avait été invité à se produire dans l’Eglise Saint-Eustache à Paris, aux côtés de plusieurs artistes. Suite à ce concert, Eddy de Pretto a reçu plus de 3.000 messages mêlant menaces de mort et injures homophobes sur ses réseaux sociaux, tels que :

« Tu vas retourner à l’église mais dans une petite boite »
« Quand on ouvrira des camps pour les lgbt, crois moi que vous ferez moins les malins »
« La hache pour toi »
« Gros sac à merde à souiller notre religion, gare à toi qu’on te chope pas sale pédale »
« Vive le roi, mange tes morts, les sodomites en prison »
« Crève en enfer sale chien »
« Meurs, meurs, meurs »

Harcèlement homophobe sur les réseaux sociaux

Les artistes et personnalités publiques LGBTQI+ s’exposent à être insulté∙es et menacé∙es en raison de leur orientation sexuelle, en particulier lorsqu’elles sont engagées contre les discriminations. Comme le résume Jérôme Spyridonos, avocat de Mousse : « S’affirmer en tant qu’artiste homosexuel, c’est aussi s’exposer au harcèlement homophobe qui, dans un même mouvement, porte atteinte à la santé mentale de la victime et renforce l’homophobie sociale ».

Eddy de Pretto, atteint par ce déferlement de haine, a décidé de porter plainte pour que « la peur change de camp ». Grâce au moyen d’enquête dont elle dispose, la police judiciaire a rapidement identifié les principaux auteurs du harcèlement homophobe. Etienne Deshoulières, avocat de Stop Homophobie explique ainsi que « les prévenus ont été identifiés grâce à l’enquête du parquet de Paris. Les homophobes qui pensent pouvoir se cacher derrière leur clavier se trompent. Il existe des moyens techniques efficaces pour identifier les auteurs de propos de haine sur internet ».

 

Contacts presse :

– Pour Mousse : Me Jérôme Spyridonos, 0142600021, spyridonos.avocat@gmail.com

– Pour Stop Homophobie : Me Etienne Deshoulières, 0177628203, contact@deshoulieres-avocats.com